Fran├žois Guizot - Traduction de la Charte de la Franchise de Chalo St Mars, texte de Fleureau (1839)

 
FRANÇOIS GUIZOT
TRADUCTION DE LA CHARTE DE CETTE FRANCHISE
(Cours d’Histoire moderne, tome VI, 1839, pp. 288-290)

Texte donné par Fleureau (1683)
Traduction par Guizot du texte de Fleureau (1839)
    Notum fieri volumus quod Odo major de Challo, nutu divino, concessu Philippi Franciæ Regis, cujus famulus erat, ad sepulchrum Domini perrexit, qui Ansolidum filium suum, & quinque filias suas in manu, & custodia ipsius Regis dimisit:
     Faisons savoir qu’Eudes, maire de Challou, par l’inspiration divine et du consentement de Philippe, roi de France, [p.289] dont il était serviteur, est parti pour le Sépulcre du Seigneur, et a laissé dans la main et sous la garde dudit roi, son fils Ansold et ses cinq filles.
     & ipse Rex pueros illos in manu, & custodia recepit, & retinuit: conceßitque Ansolido, & quinque præfatis sororibus suis, Odonis filiabus, pro Dei amore, & sola Charitatis gratia, & sancti Sepulchri reverentia, quod si hæredes masculi, ex ipsis exeuntes, fœminas jugo servitutis Regi detentas matrimonio ducerent, liberabat, & à vinculo servitutis absolvebat.
     Et ledit roi a reçu et conservé ces enfans en sa main et sous sa garde. Et il a concédé à Ansold et à ses cinq sœurs susdites, filles d’Eudes, pour l’amour de Dieu, et par seule charité, et par respect pour le Saint-Sépulcre, que tout héritier mâle, issu de lui ou d’elles, qui viendra à épouser une femme soumise au roi par le joug de la servitude, il l’affranchira par ledit mariage et la dégagera du lien de la servitude.
     Si vero [p.79] servi Regis fœminas de genere hæredum Odonis maritali lege duxissent, ipsæ cum hæredibus suis de servitute Regis essent.
     Et si des serfs du roi épousent des femmes de la descendance des héritiers d’Eudes, elles seront, ainsi que leurs descendans, de la maison et domesticité du roi.
     Rex autem hæredibus Odonis, & eorum hæredibus Marchiam suam de Challo, & homines suos custodiendos in feodo conceßit; ita quod nullo famulorum Regis, nisi pro solo Rege, justitiam facerent, & quod in tota terra Regis nullam consuetudinem darent.
     Le roi donne à garder en fief, aux héritiers d’Eudes et à leurs héritiers, sa terre de Challou avec ses hommes; de telle sorte qu’à raison de ce, ils ne soient tenus de paraître en justice devant aucun des serviteurs du roi, mais devant le roi lui-même, et qu’ils ne payent aucun droit dans toute la terre du roi.
     Rex vero tunc temporis præcepit famulis suis de Stampis, ut custodirent Challo cameram suam; quia Challo debet custodire Stampas, & earum curam servandarum diligenter habere.
     Le roi ordonne en outre, à ses serviteurs d’Etampes, de garder la chambre de Challou, vu que les gens de Challou doivent faire la garde à Etampes, et que, leur chambre y étant établie, ils y feront meilleure garde.
     Et ut hæc libertas & hæc pacta firma, & inconvulsa permaneant, memoriale istud inde fieri, & nominis sui caractere, seu sigillo signari, & præsente propria manu sua, Cruce sancta corroborari præcepit
     Et afin que lesdites franchises et conventions demeurent fermes et stables à toujours, le roi en a fait faire le présent mémorial qu’il a fait sceller de son sceau et de son nom, et confirmer, de sa propre main, par la croix sainte.
     astantibus in Palatio quorum nomina sunt subtitulata, & signa, Hugonis, tunc temporis dapiferi, Guastonis de Pisciaco Constabularii, Pagani Aurelianensis Cubicularii, Guidonis fratris Galeranni, Camerarii.
     Présens dans le palais ceux dont les noms et les sceaux suivent: Hugues, sénéchal [p.290] de l’hôtel; Gaston de Poissy, connétable; Pains, d’Orléans, chambellan; Guy, frère de Galeran, chambrier.
       Actum Stampis, Mense Martio in Palatio: anno ab incarnatione 1085. anno vero regni ejus 25. interfuerunt præfatæ libertati in testimonium veritatis Anselinus, filius Aremberti. Albertus Bruniconiatus, Guesnerus sacerdos de Challo. Gerardus Decanus. Petrus filius Erardi [espace de 1 à 2 mots] & Haymo filius ejus.    Fait à Étampes, au mois de mars, dans le. palais, l’an de l’incarnation 1085e du règne du roi le 25e. Ont assisté à la présente franchise, pour en témoigner la vérité, Anselin, fils d’Arembert; Albert de Bruncoin, Guesner, prêtre de Challou; Gérard, doyen; Pierre, fils d’Erard ............ et Haymon, son fils.
     Ego frater Andræas, B. Maglorii parisius humilis Abbas testificor me vidisse privilegium illustrißimi Regis Philippi: & verbo ad verbum legisse, pro ut continetur in præsenti scripto.
     Ego frater Anselmus, sancti Victoris Parisius humilis Abbas, testificor me vidisse privilegium illustrißimi Regis Philippi, & verbo ad verbum legisse, prout continetur in præsenti scripto.
     Ego frater Theobaldus, sanctæ Genovefæ Parisius humilis Abbas, testificor me vidisse privilegium illustrißimi Regis Philippi, & verbo ad verbum legisse, prout continetur in præsenti scripto.

Les Antiquités de la ville et du duché d’Étampes, par Fleureau, p. 78.
   


Source : Corpus Etampois